Symboles, géométrie sacrée, ondes de forme et archétypes

VoilĂ  un très vaste sujet, beaucoup plus que celui des couleurs – pourtant dĂ©jĂ  assez riche. Couvrir l’Ă©ventail de tout ce qui possède une forme exigerait un long travail de recherche et d’analyse justifiant un ouvrage spĂ©cialisĂ© des ouvrages spĂ©cialisĂ©s ! Peut-ĂŞtre un jour ?

D’ici cette hypothĂ©tique concrĂ©tisation, une vidĂ©o permettrait de faire un peu le mĂ©nage parmi les diffĂ©rentes catĂ©gories de formes et leur nature.
Possiblement un jour, s’il y a une demande suffisante pour justifier la tâche ?!

Voyons rapidement la question pour donner une idĂ©e du sujet et de l’intĂ©rĂŞt de l’approfondir.

La matière est composĂ©e de particules. Restons au niveau atomique, et mĂŞme molĂ©culaire (une molĂ©cule Ă©tant composĂ©e d’atomes). Les molĂ©cules s’attirent et se repoussent, et selon les conditions de leur environnement, elles forment une … forme. L’eau, composĂ©e de molĂ©cules H2O, est informe (sans forme) Ă  tempĂ©rature Ă©levĂ©e (vapeur au-delĂ  de 100°c au niveau de pression normal de l’air). Elle reste informe entre 0 et 100° – mais sous forme liquide, et elle devient structure cristalline en tempĂ©rature nĂ©gative – ce qui peut donner des cristaux de glace très intĂ©ressant suivant certaines conditions.

La géométrie des formes
Les formes peuvent ĂŞtre libres (comme un gribouillis), ou gĂ©omĂ©triques (au sens d’ĂŞtre structurĂ©es par des objets et des relations mathĂ©matiques prĂ©sentant une cohĂ©rence). A priori, seules les formes gĂ©omĂ©triques prĂ©sentent un intĂ©rĂŞt, mais sans doute est-ce parce qu’analyser l’Ă©mission d’ondes d’un truc qui ne ressemble Ă  rien dĂ©passe complètement nos capacitĂ©s. C’est dĂ©jĂ  bien compliquĂ© de le faire avec des formes assez simples, et vous allez comprendre pourquoi si vous avez le courage de lire cet article en entier !

La première chose Ă  retenir est qu’une structure molĂ©culaire cristalline Ă©met un rayonnement, ce rayonnement pouvant ĂŞtre remarquable selon plusieurs facteurs.

La gĂ©omĂ©trie elle-mĂŞme : un cercle, un carrĂ©, un octogone, … mais aussi une rosace comme la fleur de vie, un yin-yang = des formes dites rĂ©gulières et symĂ©triques.
Mais aussi des formes asymétriques beaucoup plus nombreuses, soit partiellement symétriques comme un triskèle (pouvant être tourné à droite = dextrogyre, ou à gauche = lévogyre), un nœud sans fin (presque symétrique), soit totalement asymétrique : à peu près tout le reste !
La notion de symĂ©trie est essentielle et nous emmènerait trop loin : un rapide coup d’œil en donnera une Ă©tendue en allant voir du cĂ´tĂ© de la symĂ©trie molĂ©culaire (cĹ“urs sensibles s’abstenir !).
Pas de panique si vous avez fait un saut sur la page WikipĂ©dia, nous n’irons pas sur le terrain de la physique et des mathĂ©matiques avec plein de trucs illisibles !

La gĂ©omĂ©trie elle-mĂŞme joue aussi un rĂ´le : ah oui, je l’ai dĂ©jĂ  dit, mais nous Ă©tions restĂ©s dans deux dimensions ! Évidemment, le gros du morceau qui nous intĂ©resse est dans l’univers Ă  3 dimensions. Car Ă  part les Égyptiens de l’AntiquitĂ© qui se promènent de profil dans un plan XY, les humains que nous sommes vivons dans 3 dimensions. Enfin plutĂ´t 4, et peut-ĂŞtre mĂŞme davantage, mais restons dans un volume en 3D, c’est dĂ©jĂ  assez compliquĂ© comme ça !

Donc en 3 dimensions, cette géométrie concerne deux grandes catégories.
a) La catĂ©gorie prĂ©cĂ©dente 1/= les formes en 2 dimensions. Eh oui, d’une forme en 2D peuvent ĂŞtre tirĂ©es des formes en 3D. Une vidĂ©o permettrait d’illustrer cela plus facilement. Un cercle Ă©tirĂ© verticalement donne un cylindre. MĂŞme une croix de Malte dessinĂ©e, gravĂ©e dans la matière, donne une croix de Malte en 3D Ă  laquelle on n’a pas donnĂ© de nom mais qui est diffĂ©rente de la croix de Malte en 2D – tout comme le cylindre n’est pas un cercle.
On commence lĂ  Ă  toucher du doigt un monde inconnu et Ă  vrai dire peu explorĂ© : la diffĂ©rence entre les formes en 2D et leurs versions hybrides en 3D. Voire en 4D… Stop ! Pas de 4 dimensions avant d’avoir fait le tour des 3 premières – ce qui devrait nous amener en l’an 2850 !
b) OĂą en est-on dĂ©jĂ  ? Aux formes en 3D – qu’on peut toujours reprĂ©senter partiellement en 2D en faisant une coupe, mais dont la coupe – donc la reprĂ©sentation 2D, ressemble plus ou moins Ă  quelque chose selon la structure considĂ©rĂ©e et le plan de coupe. Parmi les formes 3D remarquables et simples, citons le tĂ©traèdre, la pyramide, la bobine (qui ne ressemble Ă  rien si on fait une coupe en 2D), … ArrĂŞtons-nous ici, une longue explication serait nĂ©cessaire pour expliciter ces points.

Si vous n’avez pas dĂ©crochĂ© au paragraphe prĂ©cĂ©dent, rĂ©sumons.
Nous sommes entourés de formes
a) soit dessinées / imprimées / affichées (sur un écran par exemple) = en 2 dimensions
b) soit en 3 dimensions = en relief ; soit un objet de forme quelconque, soit une forme 2D “Ă©levĂ©e” Ă  la 3ème dimension (gravĂ©e, extrudĂ©e, …).
La deuxième chose Ă  retenir dans le 2ème cas prĂ©cĂ©dent, c’est qu’une forme ne donne pas du tout le mĂŞme rayonnement si elle est en 2 dimensions ou en 3 dimensions.
Il est primordial de les distinguer, une forme en 2D et sa version 3D sont diffĂ©rentes : une fleur de vie imprimĂ©e n’a pas la vibration d’une fleur de vie gravĂ©e.
Comme si ça ne suffisait pas, la couleur de la forme, ses proportions et sa taille (ce n’est pas la mĂŞme chose), et son environnement sont autant de facteurs qui modifient l’onde Ă©mise. Parfois de façon infime et nĂ©gligeable, parfois de façon radicale. Et mĂŞme de façon pas nĂ©cessairement linĂ©aire.
Je vous parle chinois ? Un peu j’imagine, il faudrait au minimum plusieurs chapitres par paragraphe ! Pour vous donner un exemple, les illusions d’optique illustrent la grande diffĂ©rence de perception humaine d’une mĂŞme forme selon les couleurs utilisĂ©es, les dimensions, les associations de formes et de couleurs. Ça va parle ?
Promis, en vidéo, ou plutôt plusieurs vidéos, ce sera plus facile à comprendre !
Comme cela va devenir indigeste, je n’approfondis pas davantage ici et je passe Ă  la suite. Vous pouvez poser des questions en commentaires.

Des formes aux symboles
Qu’appelle-t-on symbole du coup ? Un symbole est une forme piquĂ©e dans la loooooongue liste – en rĂ©alitĂ© infinie – expliquĂ©e sommairement dans le chapitre prĂ©cĂ©dent. Un humain sans doute un peu plus inspirĂ© que la moyenne a, un jour, soit par intuition / voie divine / hasard complet, soit par analyse plus ou moins consciente d’un effet vibratoire, attribuĂ© une fonction Ă  une forme. Prenons un exemple : un pape a Ă©tabli que la forme qui reprĂ©sente une croix symboliserait le Christ (crucifiĂ©). La forme de la croix – dont la branche infĂ©rieure est plus longue que les 3 autres – est devenue un symbole chrĂ©tien.

Des symboles à la géométrie sacrée
Si on fait une recherche sur internet, on trouve un peu tout et n’importe quoi en gĂ©omĂ©trie sacrĂ©e… y compris des symboles dĂ©naturĂ©s qui n’ont plus rien de sacrĂ© et plus grand chose de symbolique ! A croire que beaucoup considèrent la gĂ©omĂ©trie sacrĂ©e comme du folklore approximatif oĂą tout est permis tant que la bière est fraĂ®che ! Plus sĂ©rieusement, et Ă  leur dĂ©charge, le concept est sujet Ă  interprĂ©tation, puisque :
1/ GĂ©omĂ©trie : comme vu plus haut et si vous avez rĂ©ussi Ă  suivre un peu, la gĂ©omĂ©trie des formes est variĂ©e. Bien que ce soit rĂ©ducteur, et afin que ce soit plus facile Ă  apprĂ©hender, je restreins la gĂ©omĂ©trie sacrĂ©e Ă  la gĂ©omĂ©trie symĂ©trique – au moins sur une transformation (symĂ©trie miroir verticale et/ou horizontale, symĂ©trie de rotation 90° et/ou 180°). Ainsi, cela laisse un champ assez vaste tout en Ă©vitant la foire.
Ainsi, parmi deux hiĂ©roglyphes emblĂ©matiques que sont l’œil d’Horus et la croix d’Ankh, seule la croix relève de la gĂ©omĂ©trie sacrĂ©e.
Bah alors, et ce superbe symbole de protection qu’est l’oudjat ? Patience !
2/ SacrĂ© : Ă©tymologiquement, ce qui l’est est associĂ© au divin. C’est un peu vague, est-ce que le logo de la Scientologie appartient Ă  la gĂ©omĂ©trie sacrĂ©e ? A mon sens non. DĂ©finir ainsi ce qui relève de la gĂ©omĂ©trie sacrĂ©e est arbitraire. Tout le moins est-ce discutable, les adeptes de sectes de toutes sortes revendiquent gĂ©nĂ©ralement le droit d’ĂŞtre considĂ©rĂ©s comme des croyants d’une religion respectable. Du reste, on massacre depuis toujours et encore aujourd’hui en se disant fidèles serviteurs de Dieu…
On fait quoi du coup avec cette géométrie sacrée ? Une pause !!!! Je vous invite à en discuter et à reprendre la réflexion avec les archétypes (ci-dessous).
Mais puisqu’il ne fallait pas oublier l’oudjat, c’est un 1/symbole 2/sacrĂ© (car “con-sacrĂ©”, “con” = “avec”, selon son Ă©tymologie et non ses autres sens…).
Peut-être pourrait-on le faire rentrer dans la catégorie de la géométrie sacrée en respectant des règles géométriques, je sais que certains ont fouillé ce sujet.
Le sphinx est un autre symbole qui, lui, est purement géométrique si on en choisit la bonne architecture.
C’est ce qui pourrait expliquer la prĂ©cision dĂ©lirante de certaines structures antiques, telles que la pyramide de Gizeh ou la grotte de Barabar.
C’est aussi ce que pourrait avoir Ă©tudiĂ© Nikola Tesla.
La complexitĂ© qui Ă©merge de ce qui vient d’ĂŞtre prĂ©sentĂ© en dit long sur les difficultĂ©s qui attendent le chercheur qui voudrait exploiter des forces vibratoires. Un simple anneau de Lakhovsky Ă©met un champ, une bobine faiblement alimentĂ©e par une pile permet de produire un plasma – ces sujets dĂ©passent le cadre de Luciade mais je les aborderais par analogie avec des ondes de formes. On peut imaginer qu’une combinaison prĂ©cise de formes / symboles, aux proportions et dimensions prĂ©cises, amplifiĂ©e par une onde du spectre lumineux (voire autre, du domaine sonore par exemple), et – cerise sur le gâteau – connectĂ©e Ă  un archĂ©type, peut produire un champ d’Ă©nergie. Science fiction totale… comme l’Ă©tait le cinĂ©ma ou la tĂ©lĂ©vision au 17ème siècle !

Les archĂ©types, justement, c’est quoi ?
Et non, ce n’Ă©tait pas fini… on attaque mĂŞme le plus compliquĂ©, c’est pour dire si on est mal barrĂ© !!
Je ne vais pas tout laisser en plan en vous invitant Ă  lire (ou relire) C.G Jung, bien qu’il ne sera pas possible ici de passer en revue ce vaste domaine.
Les archĂ©types, dans la pensĂ©e de Jung, reprĂ©sentent ces formes primordiales qui rĂ©sident dans l’inconscient collectif, partagĂ©es par toute l’humanitĂ©, transcendant les cultures et les Ă©poques. Ils sont le fondement mĂŞme des symboles, Ă©mergeant comme des motifs universels qui structurent nos mythes, nos rĂŞves, et nos rĂ©cits. Contrairement aux formes et symboles, qui peuvent varier d’une culture Ă  l’autre, les archĂ©types sont des constantes psychiques, des dynamiques innĂ©es qui influencent notre comportement et notre perception du monde.
Prenons l’exemple de l’archĂ©type de la Grande Mère, prĂ©sent dans d’innombrables cultures sous diffĂ©rentes formes : GaĂŻa dans la mythologie grecque, Parvati dans l’hindouisme, ou encore la Vierge Marie dans le christianisme. Bien que ces figures diffèrent en apparence et en symbolisme, elles partagent une essence commune qui Ă©voque – selon le plan considĂ©rĂ© – le pĂ´le fĂ©minin (mĂ©taphysique), la protection (physique et paraphysique), la nourriture (physique)… illustrant comment un mĂŞme archĂ©type peut se manifester Ă  travers divers symboles eux-mĂŞmes archĂ©types ou non, gĂ©omĂ©triques ou non.
Cette idĂ©e nous conduit Ă  une rĂ©vĂ©lation essentielle : si toutes les formes ne sont pas des symboles, et si tous les archĂ©types ne sont pas des symboles (au sens de forme Ă©mettant une vibration spĂ©cifique), alors les archĂ©types eux-mĂŞmes transcendent la symbolique pour toucher Ă  l’universel. Ils ne sont pas simplement des images ou des idĂ©es, mais des forces vivantes qui façonnent notre expĂ©rience humaine, nous connectant Ă  des vĂ©ritĂ©s profondes sur notre existence et notre psychĂ© collective.
Parallèlement aux symboles géométriques, sacrés ou non, présentés dans la première partie, les archétypes qui se représentent par un ou plusieurs symboles (en 2 ou 3 dimensions) nous intéresseront aussi sur Luciade. Ils ouvrent la porte aux champs morphiques, domaine sortant de la physique classique mais qui la rejoindra peut-être un jour.
Un exemple à explorer ? Le Tarot. Les 22 lames, elles-mêmes composées de nombreux symboles plus ou moins complexes, permettent de connecter (ou se connecter à) une fréquence archétypale qui peut avoir une utilité selon la personne, le lieu (espace) et le moment (temps).

Conclusion ?
Ça y est, enfin c’est terminĂ© !! L’Ă©quivalent d’un traitĂ© de 600 pages en quelques 120 lignes, ce n’est pas très digeste…

D’après ce qui a Ă©tĂ© exposĂ©, vos commentaires seront utiles pour orienter les futurs exposĂ©s que je tacherai de faire plutĂ´t sous forme de vidĂ©os.

A vos claviers, et merci de partager autour de vous !

Ci-dessous sont publiĂ©s des articles sur les symboles, formes gĂ©omĂ©triques, objets Ă  rayonnement, thĂ©ories de champs et outils utilisables Ă  la maison… tout un programme !

Croix de Malte
Symboles | Symboles occidentaux

Croix de Malte

Croix de Malte : portĂ©e en bijou, elle est bien plus qu’une simple dĂ©coration. Elle est une affirmation de valeurs, un rappel constant des principes de bravoure, de noblesse et d’altruisme. Elle symbolise un engagement personnel Ă  surmonter l’adversitĂ©, Ă  se faire respecter et Ă  afficher sa grandeur d’âme. A l’instar de ses 8 branches,…

2 rĂ©ponses Ă  “Page CatĂ©gorie symboles”

  1. Avatar de acostalin
    acostalin

    Msieur, en visite chez Luciade, j’ai parcouru quelques couleurs, quelques Ă©crits, et ai surfĂ© sur l’Ă©nergie positive. qualitĂ© des photos, bravo votre Ĺ“il et zoom sont avertis. Et je vois que le site a Ă©tĂ© ouvert la veille de la St Valentin, j’espère que les amoureux ont Ă©tĂ© attirĂ©s et ont passĂ© commande le lendemain. Quelques ratures restent ici sur cette page, j’imagine que c’est avant relecture. Et hop je retourne prendre l’air des montagnes du Jura cette fin de semaine. Bon vent Ă  Luciade lĂ  oĂą l’air circule!
    A.

    1. Avatar de Henry A-R-C-A-N

      Merci et fĂ©licitations pour avoir inaugurĂ© cet espace d’Ă©changes ! Les zamoureux Ă©taient peu nombreux pour cette Saint-Valentin millĂ©sime 2024 : la prochaine de 2025 leur proposera un bijou surprenant aux allures quantiques… Il y a encore du travail pour aboutir Ă  la version finalisĂ©e, mieux organisĂ©e et moins indigeste que ces longues prĂ©sentations denses en informations. Le format vidĂ©o doublĂ© d’une transcription Ă©crite pour les adeptes de la lecture sera mis Ă  l’honneur ici. Profitez bien des hautes vibrations de la nature jurassienne ! A bientĂ´t !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *